Coeur de Sel – La BD, on fait quoi?

Elle sort quand cette bande dessinée ?

Coeur de Sel - On relance ?

En 2020, je tentais une campagne de financement participatif avec le site Ulule (https://fr.ulule.com/coeur-de-sel-1-vestiges-daigues-mortes/)afin de trouver des fonds pour l’impression d’une bande dessinée : « Cœur de Sel ». La cagnotte n’a malheureusement pas réussi à atteindre les 100% et je n’ai donc pas pu aboutir aux impressions.

Mais je suis têtu ! Alors je n’ai pas abandonné et j’ai essayé d’analyser et tirer des leçons de cet échec.

Pourquoi ça n’a pas fonctionner ? 

A mon sens, plusieurs facteurs ont été en ma défaveur. La première c’est le COVID et en effet, j’ai lancé la campagne une semaine avant l’annonce du tout premier confinement. Impossible alors pour moi pendant cette période de rencontrer un nouveau public, surtout que je devais participer à plusieurs festival qui ont tous été annulé. Direction poubelle pour les flyers !

Mais rejeter la faute sur cette maladie et événement serait malhonnête de ma part. Il faut assumer, je n’avais pas un réseau suffisamment développer. Mon lectorat bien trop petit ne pouvait pas participer au financement, ceux m’ayant soutenu sur Ulule était essentiellement des proches.

La somme demandée était bien trop grosse en rapport à mes capacités à réunir un public. En raison des coût de production, je souhaitais un format 17x24cm avec papier brillant et couverture cartonnée, j’avais établi une cagnotte à 4000€.

Mon coup de crayon n’est peut-être pas si bon que ça. Mon dessin n’attire peut-être pas assez le public. J’ai certainement des manques de compétences dans certains domaines du dessin (anatomie, volumes, perspective, décor, ambiance etc.).

Et depuis ? Et après? 

Bon pourquoi pas ! Mais avec tout ça on fait quoi ? Bah ! J’ai continué à dessiner, développer l’histoire et créer des planches de BD. Il me serait donc possible à l’heure d’aujourd’hui de publié plus de 120 pages d’histoire au lieu de 60 à l’époque.

Mon trait a depuis évolué dans le bon sens. L’anatomie de mes personnages possède de meilleures proportions par exemple.

J’ai imprimé 2 exemplaires prototype destiné à les présenter au public que je rencontre. Il y a une version à couverture cartonnée et une version souple.

J’ai arpenté les festivals pour vendre les Contes et Mythes Japonais, ma collection de livre jeunesse. Pendant ces événement, j’ai pu rencontrer de nouvelles personnes et récolter les adresses mail de ceux intéressé par la BD. Alors certes, cela ne garanti aucunement un futur achat et comme on dit :  Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Mais ça reste quand même un potentiel. Mon réseau est donc un peu plus gros.

J’ai revue ma copie également sur le papier, le format et la couverture. De façon essayer de trouver des prix plus abordable.

Après, ce qui m’inquiète aussi, c’est en cas d’impression, parvenir à écouler le stock. Car imprimer des livres et les laisser prendre la poussière dans les cartons, c’est non ! La vente est difficile car il faut rencontrer le public. En librairie c’est trop compliqué d’avoir ne serait-ce qu’une petite place. La seule solution est souvent de participer à des festivals mais même problème les place sont difficile à avoir.

En Bref ?

Alors bon! Voilà maintenant 4 ans que je parle de cette BD, que je continue à travailler dessus et espérer une sortie. Il serait peut-être temps de concrétiser ce projet non ? Vous en pensez quoi ?

Est-ce que vous êtes prêt à me suivre dans un financement participatif (Ulule) ? Est-ce que je relance une campagne ?

N’hésitez pas à me faire un petit signe (like, commentaire, mail, autre?) pour m’indiquer que vous participeriez. Ca pourra me donner un ordre d’idée.

Un commentaire :

  1. Ping : Capitaine ! Nouvelle Cagnotte en Vue ! – Aonaka

Les commentaires sont fermés